Bignac est une commune du département de la Charente (Région Poitou-Charentes), arrondissement d’Angoulême, Canton de Rouillac. Elle fait partie des 20 communes de la Communauté de Communes du Rouillacais.

Le village de Bignac est situé à 20 km d’Angoulême, 25 km d’Aigre, 16 km de Jarnac et 7 km de Rouillac.

Bignac est en bordure du fleuve « Charente ». Son territoire est vallonné avec des « sommets », ce qui offre des points de vue magnifiques  les hauteurs du village.

Bignac est une commune un peu inhabituelle. En effet, il existe près de la Charente plusieurs étangs artificiels creusés après la Deuxième Guerre Mondiale pour y extraire du sable qui a servi  à reconstruire les villes bombardés. Sur ce petit village on en retrouve 4 situés de part et d’autres du village.

La mairie (également ancienne école) se situe au milieu de la commune, en pleine campagne, au lieu dit Belveder,  au milieu des champs.

Les Habitants : Les habitants de Bignac s’appellent les Bignacais. La commune compte aujourd’hui 234 habitants. La population du village a beaucoup varié depuis le 18ème siècle. Aux lendemains de la Révolution, en 1793, il y avait 422 habitants. En 1856, 510 habitants ; en 1962, il n’en restait que 153. Les villageois travaillaient presque tous dans l’agriculture et les métiers qui s’y rattachent. Aujourd’hui, la plupart des Bignacais (et des Bignacaises) travaillent hors du village et ne sont plus agriculteurs.

La plupart des maisons du villages sont des anciennes maisons en pierres et moellons.

On peut noter en particulier :

. L’Eglise (du XIIe siècle), entièrement restaurée par les beaux-arts en 2007. Une ogive a alors été découverte. Dans l’église on peut voir une litre funéraire du XVIIè siècle. La litre funéraire était un droit seigneurial. C’est une grande bande noire avec (à Bignac) des écussons aux armoiries de François VI de La Rochefoucauld et d’Andrée de Vivonne, sa femme (milieu du XVIIè siècle). Elle a été peinte sur les murs de l’église en signe de deuil vraisemblablement lors des funérailles d’Andrée de Vivonne.

. Une stèle en mémoire des « parachutés du maquis de Bignac » (inaugurée en 2006). L’actuel camping de Bignac était un lieu de parachutage pour les résistants pendant la seconde guerre mondiale.

. Plusieurs fontaines et puits anciens.

. Un ancien moulin sur la Charente.

. Le Logis de l’Haumont, anciennement place forte du XVème siècle qui dominait la Charente et le Logis de Bignac où vécut le sculpteur Henri Théophile Bouillon (1861-1934). (Une de ses sculptures « La porteuse de soupe au champ » est au musée d’Angoulême).

. Le petit pont de pierre de la Pin

. L’île de 35 hectares située entre les deux bras de la Charente qui nous offre un paysage magnifique et une faune merveilleuse…